Comment changer d’assurance en cours de prêt immobilier ?

Comment changer d’assurance en cours de prêt immobilier ?

L’ amendement Bourquin est un nouveau système qui donne le droit de remplacer l’assurance emprunteur , c’est-à-dire l’assurance crédit immobilier signée par les emprunteursafin d’assurer leur décès, leur invalidité et, en général, tous les accidents de la vie qui affectent leur capacité pourraient fonctionner et ainsi rembourser la taux mensuels de prêt immobilier. Une fois que nous avons voté sur cet amendement Bourquin, nous avons exprimé notre enthousiasme pour cette excellente nouvelle (voir « Assurance Prêt : l’amendement Bourquin visant à mettre fin à votre assurance emprunteur sur une base annuelle à partir du 1er mars 2017 et 2018 »). En effet, les banques avaient un quasi-monopole sur l’assurance emprunteur et l’ont utilisée pour imposer des tarifs prohibitifs. Dans notre dernière analyse des meilleurs taux d’assurance emprunteur 2017, nous montrons que le La différence entre le taux d’intérêt moyen offert par les banques et le même contrat proposé par la délégation pourrait être, en particulier pour les plus jeunes. Pour vous convaincre de l’économie possible, nous mettons simplement notre comparateur d’assurance-crédit en ligne (gratuit et anonyme), ce qui permet à chacun de connaître exactement le meilleur taux d’intérêt pour son contrat d’assurance emprunteur : commencer le comparateur d’assurance-crédit.

Quelles conditions et critères doivent être remplis pour changer d’assurance crédit pendant le crédit immobilier : c’est le droit de substituer la loi HAMON et l’amendement Bourquin

Quelques principes que vous devez connaître avant de signer votre offre de prêt immobilier et votre contrat d’assurance prêt :

A lire en complément : Quelle est la date anniversaire d'un prêt immobilier ?

1- Jusqu’à ce que vous signez l’offre de prêt immobilier, vous êtes LIBRE d’accepter ou de refuser de votre banque assurance de prêt immobilier offert.

Vous n’êtes pas tenu d’accepter l’assurance emprunt auprès de votre banque. Ceci correspond à l’article L131-30 du Code de la consommation. Vous devez rivaliser et utiliser l’assurance dans la délégation n’est pas une faveur que votre banquier fait, mais votre droit. Vous n’avez qu’à remplir une condition : le contrat d’assurance-crédit proposé dans la délégation doit avoir un niveau de garantie au moins égal au niveau de garantie présenté dans l’accord de groupe de la banque. Toute décision de rejet doit être justifiée par écrit.

2 — Vous êtes libre de modifier votre assurance crédit pour une première période de 12 mois après l’offre de crédit. C’est l’application de la loi HAMON EIN.

Dans les 12 mois suivant la signature de l’offre de prêt immobilier, vous disposez d’un délai de 12 mois pour compléter votre assurance crédit libre de résilier. Cette résiliation peut avoir lieu à tout moment au cours des douze premiers mois. C’est l’application de l’article L113-12-2 du Code de la consommation, la loi HAMON. La seule condition : Ce nouveau contrat d’assurance crédit doit avoir un niveau de garantie correspondant au contrat d’assurance collective qu’il propose. C’est là l’équivalence des garanties de la loi HAMON. Comment bénéficier de la loi HAMON : l’emprunteur doit aviser l’assureur ou son représentant par courrier recommandé de sa demande de résiliation au plus tard 15 jours avant la fin de la période de 12 mois. et la date d’entrée en vigueur du prêteur en remplacement de l’assurance contrat.

A lire en complément : Quels sont les différents cas de résiliation l’assurance crédit immobilier ?

3- Après les 12 premiers mois après l’offre d’un prêt immobilier, l’emprunteur a peur de résilier librement son assurance crédit à l’anniversaire.

Après l’expiration d’un première période de 12 mois, l’emprunteur peut encore mettre fin à son assurance-crédit, mais seulement à l’anniversaire. Telle est l’application de l’amendement Bourquin. Conformément à l’article L113-12 du Code de la consommation, l’assuré a le droit de résilier le contrat après un an en envoyant une lettre recommandée à l’assureur au moins deux mois avant la date d’échéance. La seule condition : ce nouveau contrat d’assurance crédit doit avoir un niveau de garantie équivalent à celui du contrat, l’assurance collective, qu’il propose. C’est l’équivalence des garanties du droit Hamon/Bourquin Cette option sera disponible à partir du 1er janvier 2018.

2- La Banque doit accepter ou rejeter la demande de délégation ou de substitution d’assurance-crédit dans les 10 jours ouvrables.

Si l’emprunteur a son droit de résilier dans les 12 premiers mois de (Loi HAMON) ou à un anniversaire après une période initiale de 12 mois (modification Bourquin), la Banque avise l’Emprunteur de sa décision d’accepter ou de refuser l’assurance dans les dix jours ouvrables suivant la réception du prêt. Toute décision de rejet doit être justifiée par écrit. En cas d’adoption de la substitution de l’assurance emprunteur, la Banque, en modifiant le contrat de crédit, y compris le nouveau taux effectif total en monnaie (APR), qui est adopté conformément aux articles L. 314-1 à L. 314-4, sur la base des informations fournies par le assureur délégué, sous réserve des informations fournies par l’assureur délégué, visées à l’article L. L. 313-3, deuxième alinéa, est calculé. Lorsque l’approbation comprend un ou plusieurs éléments énumérés dans le coût de l’assurance. Le prêteur recueille le Emprunteurs pas de frais supplémentaires pour émettre cette approbation. La Banque ne peut modifier le taux, qu’il soit fixe, variable ou transférable, nimodifier les conditions d’octroi du prêt ou exiger le paiement de frais supplémentaires, y compris les coûts associés à l’analyse de cet autre contrat d’assurance dans la délégation. Le changement dans l’assurance-crédit est une opération gratuite pour l’emprunteur et la banque ne peut pas exiger de contrepartie.

Certains articles du Code de la consommation, qui constituent le droit de changer l’assurance crédit dans le cadre de prêts immobiliers.

Article L313-30 du Code de la consommation, suite à l’adoption de l’amendement Bourquin :

Tant que l’emprunteur n’a pas signé l’offre visée à l’article L. 313-24, le créancier ne peut signer un contrat d’assurance autre que : Rejeter la garantie, à condition que le contrat comporte une garantie équivalente au contrat d’assurance collective qu’il propose. Il en va de même lorsque l’emprunteur bénéficie du droit de résiliation visé à l’article L. 113-12-2, premier alinéa, de l’article L. 113-12 du code des assurances ou à l’article L. 221-10, deuxième alinéa, du code de la mutualité dans un délai de douze mois à compter de la signature de l’offre de prêt visée à l’article L. 313-24 ou utilise le droit de résilier le prêt visé à l’article L. 113-12 (2) du code des assurances ou à l’article L. 221-10 paragraphe 1 du code mutuel. Toute décision de refuser cela doit être justifiée. Outre la période de douze mois visée au paragraphe 1, le contrat de prêt peut prévoir la possibilité de remplacer le contrat d’assurance si l’emprunteur exerce le droit de signer un contrat d’assurance collectif ou individuel conformément à l’article L. 113-12 du code des assurances ou dans le premier paragraphe de l’article L. 221-10 du Code de mutualité. Dans ce cas, l’existence d’une option de remplacement et ses conditions d’utilisation sont précisées dans le contrat de crédit. Toute décision de refuser cela doit être justifiée.

L’ article L313-31 du Code de la consommation : après l’adoption de l’amendement Bourquin :

Lorsque

l’offre visée à l’article L. 313-24 a été émise, le créancier informe l’emprunteur de sa décision d’accepter ou de refuser et, le cas échéant, présente l’offre modifiée visée à l’article L. 313-27 dans les dix jours ouvrables suivant la réception de la demande de remplacement. Lorsque l’emprunteur exerce le droit de résilier le contrat d’assurance dans un délai de douze mois à compter de la signature de l’article L. 313-24 conformément à l’article L. 113-12 deuxième alinéa du code des assurances, à l’article L. 113-12-2 premier alinéa du même code ou à l’article L. 221-10, paragraphes 1 ou 2, du Code de mutualité est réputé être le même. prêteur à l’emprunteur dans les dix jours ouvrables de sa décision sur l’acceptation ou le refus avec la date de réception d’un autre contrat d’assurance. En cas de prise en charge, le créancier modifie le contrat de crédit en modifiant le contrat de crédit conformément à l’article L. 313-39, notamment en mentionnant le nouveau taux effectif total en monnaie (APAR), qui est prévu conformément aux articles L. 314-1 à L. 314-4, sur la base de la informations fournies par l’assureur délégué visées à l’article L. paragraphe 2 de l’article L. 313 -3 conditions fixées. Lorsque l’approbation comporte un ou plusieurs éléments quantifiés en fonction du coût de l’assurance, ces coûts sont exprimés conformément aux conditions prévues à l’article L. 313-8. Le prêteur ne doit pas percevoir de frais supplémentaires auprès de l’emprunteur pour la délivrance de cette approbation.

L’ article L313-32 du Code de la consommation est modifié par l’amendement Bourquin et se lit comme suit :

Le En contrepartie de son acceptation en garantie, un contrat d’assurance autre que le contrat d’assurance proposé par celui-ci, y compris dans l’exercice du droit de résiliation prévu à l’article L. 113-12-2 premier alinéa du code des assurances (= loi HAMON) ou au deuxième alinéa de l’article L. 221- 10 de le Code de la Mutualité du deuxième alinéa de l’article L. 113-12 du même code ou l’article L. 221-10, paragraphe 1 ou 2 du code de la mutualité , ni modifier le taux, fixe, variable ou survisible, ou les conditions d’octroi du créditconformément à l’offre visée à Article L. 313-24 ; n’exige pas non plus le paiement de frais supplémentaires, y compris les coûts associés aux travaux d’analyse de cet autre contrat d’assurance.

L’ article L. 113-12-2 est modifié par l’amendement Bourquin sera :

Sans préjudice de l’article L. 113-12, lorsque le contrat d’assurance a pour objet d’assurer, en cas d’un des risques définis dans le présent contrat, le remboursement total ou partiel du contrat de crédit dû en vertu de l’article L. 312-2 du code de la consommation, conformément à l’article L. 312-2 du Code de la consommation. L. 313-1 ou le paiement de tout ou partie des conditions dudit prêt, l’assuré peut résilier le contrat dans les 12 mois suivant la signature de l’offre de prêt telle que définie à L. 313-24 du même code. L’assuré doit aviser l’assureur ou son représentant de sa demande de résiliation par courrier recommandé au plus tard quinze jours avant la fin de la période de douze mois susmentionnée. L’assuré notifie également à l’assureur par lettre recommandée la décision du prêteur prévue à l’article L. 312-9 du même code, ainsi que la date du créancier. Date d’entrée en vigueur du contrat d’assurance, qui est remplacé par le prêteur. Lorsque l’assuré fait usage du droit de résiliation visé au présent paragraphe ou à l’article L. 113-12 du présent code, il notifie à l’assureur par lettre recommandée la décision du créancier prévue à l’article L. 313-31 paragraphe 2 du code de la consommation et la date d’entrée en vigueur au moyen de la suivi adopté par le prêteur suppléant. contrat d’assurance. En cas d’acceptation par le prêteur, la résiliation du contrat d’assurance prend effet 10 jours après réception de la décision du prêteur ou à la date d’entrée en vigueur du contrat représenté par le prêteur en remplacement du prêteur, si cette date est postérieure. En cas de refus du prêteur, le contrat d’assurance ne sera pas résilié. Ce droit de résiliation appartient exclusivement à l’assuré. Tout au long du contrat d’assurance et par dérogation : L’article L. 113-4 ne peut résilier le présent contrat d’assurance en raison d’un risque accru, sauf dans certaines conditions définies par décret du Conseil d’État et résultant d’un changement volontaire de comportement de l’assuré.

Articles similaires

Lire aussi x

Show Buttons
Hide Buttons